Une nouvelle espèce de grenouille si transparente que l'on voit ses organes

-

  Des chercheurs ont découvert au centre de l'Amazonie, une espèce de grenouille dont la peau est si transparente qu'il est possible de voir son cœur battre.

Le genre Hyalinobatrachium qui regroupe des "grenouilles de verre" accueille une nouvelle venue : Hyalinobatrachium yaku possède, comme les autres espèces qui compose ce genre, une face ventrale totalement transparente "ce qui signifie que les organes sont complètement visibles en vue ventrale" précisent les chercheurs qui l'ont découverte en Amazonie équatorienne. Il est donc possible de voir le cœur de l'amphibien battre à travers sa peau.

© Jaime Culebras et Ross Maynard

Une espèce à part entière

Si cette particularité est partagée par toutes les espèces Hyalinobatrachium et plus largement, celles de la famille Centrolenidae, des analyses ADN, morphologiques et l'étude des vocalisations de Hyalinobatrachium yaku ont permis de découvrir que cette petite grenouille (seulement 2 cm) possède des caractéristiques que ses "cousines" n'ont pas. Selon un article paru dans la revue ZooKeys le 12 mai 2017, cette espèce est reconnaissable grâce à des petits points verts foncés disposés sur sa tête et son dos (voir photo ci-dessous). La petite nouvelle a également un coassement différent : il dure entre 0,27 et 0,4 secondes ce qui est particulièrement long par rapport aux autres espèces du genre. 

© Ross Maynard

"Le gouvernement équatorien prévoit d'intensifier les extractions de pétrole dans la région"

Si les chercheurs avouent qu'il manque encore trop de données sur Hyalinobatrachium yaku pour permettre à l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) d'établir un plan de sauvegarde de l'espèce, ils sont persuadés que ces animaux sont menacés, comme tant d'autres en Amazonie. "Yaku" signifie "eau" en Kichwa, une langue amérindienne. Or l'eau, élément indispensable à la survie de cette espèce et de nombreuses autres, est largement polluée dans cette zone à cause des activités pétrolières et minières. Pourtant, "le gouvernement équatorien prévoit d'intensifier les extractions de pétrole dans la région", déplorent les scientifiques. Mais la pollution n'est pas la seule menace qui pèse sur cette petite grenouille de verre : son habitat est détruit et fragmenté par l'extension du réseau routier dans le pays. Le développement économique de l'Equateur se poursuit à l'aveugle, sans tenir compte de la grande biodiversité qu'il abrite.

Retrouver cette article sur

Commentaires

Pour ajouter un commentaire, veuillez s'authentifier à partir de la zone Connexion située à droite.

CSS Valide !